LE BEFFROI DE PERONNE

Le beffroi de Péronne, cet édifice n'existe plus. Avec la charte de Philippe-Auguste, en 1209, qui confirmait à Péronne ses franchises communales, la ville eut le droit de faire édifier un beffroi. En 1360, ce dernier fut rasé et la ville perdît ses droits communaux sur l'ordre de Jean le Bon, prisonnier à Londres, après une méprise envers le Duc d'Orléans qui cru à une révolte des Péronnais.
Ce dernier était suspecté d'avoir vendu différentes villes à l'Angleterre, alors qu'il n'avait fait qu'exécuter les clauses du traité de Brétigny. Les Péronnais crurent alors que leur cité était en danger et qu'elle allait être livrée également à l'ennemi ; ils sortirent de la ville, attaquèrent l'escorte princière, et se mirent en situation de siège. Les droits communaux ne furent rendus à Péronne qu'en 1368 par Charles V. Péronne put donc avoir un autre beffroi.

C'était une tour fortifiée d'une trentaine de mètres de hauteur, de forme carrée munie d'un clocher. En 1398, que furent fondues les trois nouvelles cloches du beffroi, dont la "Bancloque". A la destruction du beffroi au XIXème siècle une seule de ces cloches subsistait ; les deux autres portaient pour l'une la date de 1480 et de 1581 pour l'autre, les trois cloches ont été déplacée dans le clocher le l'église Saint Jean Baptiste. Elles disparurent lors du siège de 1870.

On peut voir un tableau représentant ce beffroi au XVIIIe siècle dans le hall principal de l'hôtel de ville. Le Beffroi de Péronne fut démoli volontairement en 1844, parce qu'il menaçait de s'effondrer, tout en se promettant de le reconstruire peu après. Les moellons furent même numérotés, mais le beffroi ne fut jamais reconstruit. Il est quasiment sûr que ses pierres ont servi pour faire les trottoirs !

THE BELFRY OF PERONNE

The belfry of Peronne no longer exists. With the charter of Philippe-Auguste, in 1209, which gave Péronne its local exemption, the town had the right to build a belfry. In 1360, it was destroyed and the town lost its local rights on the order of Jean Le Bon, prisoner in London, after the Duke of Orleans wrongly imagined the Peronnians were revolting.

The revolt was provoked by the presence of the Duke of Orleans, this last one was suspected of having sold different towns to England, though he had only executed the clauses of the treaty of Bretigny. The Peronnians believed that their city was in danger and that it was also going to be given up to the enemy, they went out of the town, attacking the prince's escort and causing a siege. The local rights were given back to Péronne in 1368 by Charles the 5th. Péronne could thus have another Belfry.

It was a fortified tower of about thirty meters high, with a square shape with a steeple. When the belfry was demolished in the 19th century, only one bell subsisted ; the 2 others dated back to 1480 for the first one and to 1581 for the other one.

One can see a painting representing this Belfry in the 18th century, in the main hall of the town hall. The Belfry of Péronne was deliberately demolished in 1844, because it threatened to collapse, but it was to be rebuilt a little later. The stones were numbered but the Belfry was never rebuilt. It is almost certain that the stones have been used to make the pavement !